Medersa el Bachia

L’Histoire : De la Medersa à l’école
La medersa el Bachia est datée de 1752 comme l’atteste l’inscription surmontant la porte d’entrée. Elle porte le nom de son fondateur le prince Ali Pacha et se trouve dans le prolongement du souk des Libraires qui la relie à la Zitouna.
L’entrée droite à banquettes latérales, en pierre, conduit à une cour spacieuse, avec un alignement de trois arcs de chaque côté, portés sur des colonnes galbées en marbre noir à chapiteaux en marbre blanc. A l’ombre des galeries s’alignent, sur trois côtés, les portes des anciennes chambres d’étudiants ; le quatrième côté est occupé par le masjed (mosquée).
Aujourd’hui, la medersa abrite une école de métiers artisanaux dont les ateliers de cuir, de bijouterie, de broderie occupent les anciennes cellules ainsi que l’ancien masjed, compartimenté par des cloisons en bois.

La petite histoire : La waqfia, règles de fonctionnement de la medersa
Le financement d’une medersa, ou de tout autre équipement religieux ou civil, est assuré par les habous ou waqf. Il s’agit de biens de mainmorte inaliénables dont les revenus sont affectés, selon la volonté du donateur, à un objet bien déterminé et irrévocable, consigné dans un acte écrit, la waqfia. Celle de la medersa el Bachia, élaborée en 1752, est une véritable charte, riche en renseignements succulents dont voici un résumé :
La medersa comprend treize chambres réservées au logement de treize étudiants de rite hanéfite, qu’ils soient originaires de Tunis ou d’ailleurs.
L’étudiant n’a pas le droit de découcher. Il doit par ailleurs suivre les trois séances quotidiennes de cours dispensés à la medersa. Il doit être célibataire et en cas de mariage, il perd automatiquement son droit au logement.
En cas de voyage, le statut prévoit deux cas de figures. Le voyage pour convenance personnelle donne droit à une absence n’excédant pas deux mois. Si l’étudiant entreprend le pèlerinage à la Mecque, la durée de l’absence autorisée est d’un an. Pendant son absence, l’étudiant perd son droit à la bourse journalière qui lui est servie. Le logement ainsi que la bourse reviennent alors à l’étudiant qui le remplace. A son retour, il retrouve tous ses droits.
Outre ces étudiants internes, la medersa peut accueillir dix étudiants externes, autorisés à y suivre les cours.
Le professeur affecté à la medersa a également des droits et des obligations. Il touche un salaire journalier et bénéficie d’un logement de fonction dans le quartier. Il doit assurer l’enseignement de trois matières, définies par l’acte habous, réparties en trois séances par jour et doit diriger les cinq prières quotidiennes dans le masjed de la medersa.
L’acte dénombre 46 biens immobiliers dont le revenu est affecté au salaire du professeur, aux bourses des étudiants mais aussi à l’entretien du bâtiment et à la fourniture de tout le nécessaire au fonctionnement de l’institution comme les couvertures, les nattes, l’huile pour l’éclairage, l’encre…

Medersa el Bachia

L’Histoire : De la Medersa à l’école
La medersa el Bachia est datée de 1752 comme l’atteste l’inscription surmontant la porte d’entrée. Elle porte le nom de son fondateur le prince Ali Pacha et se trouve dans le prolongement du souk des Libraires qui la relie à la Zitouna.
L’entrée droite à banquettes latérales, en pierre, conduit à une cour spacieuse, avec un alignement de trois arcs de chaque côté, portés sur des colonnes galbées en marbre noir à chapiteaux en marbre blanc. A l’ombre des galeries s’alignent, sur trois côtés, les portes des anciennes chambres d’étudiants ; le quatrième côté est occupé par le masjed (mosquée).
Aujourd’hui, la medersa abrite une école de métiers artisanaux dont les ateliers de cuir, de bijouterie, de broderie occupent les anciennes cellules ainsi que l’ancien masjed, compartimenté par des cloisons en bois.

La petite histoire : La waqfia, règles de fonctionnement de la medersa
Le financement d’une medersa, ou de tout autre équipement religieux ou civil, est assuré par les habous ou waqf. Il s’agit de biens de mainmorte inaliénables dont les revenus sont affectés, selon la volonté du donateur, à un objet bien déterminé et irrévocable, consigné dans un acte écrit, la waqfia. Celle de la medersa el Bachia, élaborée en 1752, est une véritable charte, riche en renseignements succulents dont voici un résumé :
La medersa comprend treize chambres réservées au logement de treize étudiants de rite hanéfite, qu’ils soient originaires de Tunis ou d’ailleurs.
L’étudiant n’a pas le droit de découcher. Il doit par ailleurs suivre les trois séances quotidiennes de cours dispensés à la medersa. Il doit être célibataire et en cas de mariage, il perd automatiquement son droit au logement.
En cas de voyage, le statut prévoit deux cas de figures. Le voyage pour convenance personnelle donne droit à une absence n’excédant pas deux mois. Si l’étudiant entreprend le pèlerinage à la Mecque, la durée de l’absence autorisée est d’un an. Pendant son absence, l’étudiant perd son droit à la bourse journalière qui lui est servie. Le logement ainsi que la bourse reviennent alors à l’étudiant qui le remplace. A son retour, il retrouve tous ses droits.
Outre ces étudiants internes, la medersa peut accueillir dix étudiants externes, autorisés à y suivre les cours.
Le professeur affecté à la medersa a également des droits et des obligations. Il touche un salaire journalier et bénéficie d’un logement de fonction dans le quartier. Il doit assurer l’enseignement de trois matières, définies par l’acte habous, réparties en trois séances par jour et doit diriger les cinq prières quotidiennes dans le masjed de la medersa.
L’acte dénombre 46 biens immobiliers dont le revenu est affecté au salaire du professeur, aux bourses des étudiants mais aussi à l’entretien du bâtiment et à la fourniture de tout le nécessaire au fonctionnement de l’institution comme les couvertures, les nattes, l’huile pour l’éclairage, l’encre…

19, rue des Libraires

{mosmap width='200'|height='200'|lat='36.796919'|lon='10.172051'|zoom='14'|mapType='Plan'|text=''|tooltip='DWO'|marker='1'|align='center'}

Voir plus

Palais et Grandes Demeures
Mosquées et Zaouias
Souks et Artisans
Découvertes