Théâtre Municipal

Le Théâtre Municipal, inauguré le 20 novembre 1902, avait une capacité de 856 places. Mais très vite dépassé par son succès, d’importants travaux sont entrepris et ce sont 1300 spectateurs qu’il accueille lorsqu’il rouvre ses portes le 4 janvier 1911. Il est l’œuvre de l’architecte Jean-Emile Resplandy mais le chantier a fait appel à des entrepreneurs, des décorateurs et des ouvriers italiens connus à Tunis pour leurs compétences dans l’art de bâtir depuis fort longtemps.

Le monument, joyau de l’Art Nouveau, est appelé ‘la bonbonnière’ à cause de l’aspect que lui procurent les balcons arrondis aux angles de la façade ; une façade qui présente une symétrie équilibrée entre les trois portes d’entrée et les ouvertures en arc du balcon que surmonte un haut-relief figurant Apollon sur son char encadré par les muses du Drame et de la Poésie.
Dès le vestibule, l’exubérance des formes le dispute à la richesse des matériaux : la mosaïque de marbre rose et bordeaux en incrustations ondoyantes, l’or et le cristal des luminaires, les entrelacs des ferronneries de la rampe se terminant en fleur de bronze…
La salle en hémicycle se termine, au niveau de la scène, par des balcons en corbeille superposés. Une myriade d’oiseaux accompagne la courbe des arcades et forme une ronde autour du plafonnier ovale, ceint de guirlandes de roses, agrémentant le centre du plafond en voûte. Les chaises en velours pourpre ainsi que tout le mobilier et les accessoires de décoration sont restés fidèles aux modèles d’origine, fournis jadis par la firme Giuseppe Ducrot de Palerme.

Théâtre Municipal

Le Théâtre Municipal, inauguré le 20 novembre 1902, avait une capacité de 856 places. Mais très vite dépassé par son succès, d’importants travaux sont entrepris et ce sont 1300 spectateurs qu’il accueille lorsqu’il rouvre ses portes le 4 janvier 1911. Il est l’œuvre de l’architecte Jean-Emile Resplandy mais le chantier a fait appel à des entrepreneurs, des décorateurs et des ouvriers italiens connus à Tunis pour leurs compétences dans l’art de bâtir depuis fort longtemps.

Le monument, joyau de l’Art Nouveau, est appelé ‘la bonbonnière’ à cause de l’aspect que lui procurent les balcons arrondis aux angles de la façade ; une façade qui présente une symétrie équilibrée entre les trois portes d’entrée et les ouvertures en arc du balcon que surmonte un haut-relief figurant Apollon sur son char encadré par les muses du Drame et de la Poésie.
Dès le vestibule, l’exubérance des formes le dispute à la richesse des matériaux : la mosaïque de marbre rose et bordeaux en incrustations ondoyantes, l’or et le cristal des luminaires, les entrelacs des ferronneries de la rampe se terminant en fleur de bronze…
La salle en hémicycle se termine, au niveau de la scène, par des balcons en corbeille superposés. Une myriade d’oiseaux accompagne la courbe des arcades et forme une ronde autour du plafonnier ovale, ceint de guirlandes de roses, agrémentant le centre du plafond en voûte. Les chaises en velours pourpre ainsi que tout le mobilier et les accessoires de décoration sont restés fidèles aux modèles d’origine, fournis jadis par la firme Giuseppe Ducrot de Palerme.


2, rue de Grèce
Tel : +216 71 25 94 99
www.theatremunicipal-tunis.gov.tn

{mosmap width='200'|height='200'|lat='36.799384'|lon='10.180747'|zoom='14'|mapType='Plan'|text=''|tooltip='DWO'|marker='1'|align='center'}

Voir plus

Palais et Grandes Demeures
Mosquées et Zaouias
Souks et Artisans
Découvertes