Drapeaux

L’Histoire : Les ateliers de confection des drapeaux
La confection des drapeaux est une activité récente, elle a explosé au lendemain de l’indépendance (1956). Sa localisation dans le quartier résidentiel de la rue du Pacha relève d’un fait conjoncturel qui va prendre racine dans le quartier. Pendant la lutte nationale contre la colonisation française, le drapeau tunisien, symbole de la revendication de l’indépendance était prohibé. Quelques habitants de la rue du Pacha ont osé défier l’interdit et confectionner le drapeau tunisien artisanalement à partir de chez eux, avec une participation active des femmes. A l’indépendance, l’activité sort de la clandestinité, s’organise, se mécanise, connait un essor remarquable, sans pour autant quitter le quartier.

La petite histoire : une activité monopolisée par les Douiria
Les Douiria, originaires du village de Douiret dans le sud tunisien, connaissent une immigration très ancienne vers la capitale. Ils y venaient à la recherche de travail et s’employaient, entre autres, comme gardiens, leur honnêteté étant irréprochable, des grandes demeures bourgeoises de la rue du Pacha, lorsque les beldi (tunisois de souche) allaient en villégiature à la Marsa ou à Sidi Bou Saïd. Leur connaissance du quartier et des propriétaires va leur permettre de placer leurs économies dans le rachat des demeures que les tunisois quittaient (pour comprendre ce phénomène de départ voir le Dar Haddad).
L’histoire de la communauté et du quartier s’est enrichie par l’histoire du drapeau et de son lien avec le quartier. L’activité est restée concentrée entre les mains des gens de Douiret et la rue du Pacha est le seul lieu où l’on peut commander le drapeau d’un pays quel qu’il soit ou une banderole dans n’importe quelle langue.

Drapeaux

L’Histoire : Les ateliers de confection des drapeaux
La confection des drapeaux est une activité récente, elle a explosé au lendemain de l’indépendance (1956). Sa localisation dans le quartier résidentiel de la rue du Pacha relève d’un fait conjoncturel qui va prendre racine dans le quartier. Pendant la lutte nationale contre la colonisation française, le drapeau tunisien, symbole de la revendication de l’indépendance était prohibé. Quelques habitants de la rue du Pacha ont osé défier l’interdit et confectionner le drapeau tunisien artisanalement à partir de chez eux, avec une participation active des femmes.
A l’indépendance, l’activité sort de la clandestinité, s’organise, se mécanise, connait un essor remarquable, sans pour autant quitter le quartier.

La petite histoire : une activité monopolisée par les Douiria
Les Douiria, originaires du village de Douiret dans le sud tunisien, connaissent une immigration très ancienne vers la capitale. Ils y venaient à la recherche de travail et s’employaient, entre autres, comme gardiens, leur honnêteté étant irréprochable, des grandes demeures bourgeoises de la rue du Pacha, lorsque les beldi (tunisois de souche) allaient en villégiature à la Marsa ou à Sidi Bou Saïd. Leur connaissance du quartier et des propriétaires va leur permettre de placer leurs économies dans le rachat des demeures que les tunisois quittaient (pour comprendre ce phénomène de départ voir le Dar Haddad).

L’histoire de la communauté et du quartier s’est enrichie par l’histoire du drapeau et de son lien avec le quartier. L’activité est restée concentrée entre les mains des gens de Douiret et la rue du Pacha est le seul lieu où l’on peut commander le drapeau d’un pays quel qu’il soit ou une banderole dans n’importe quelle langue.

Rue de Pacha
 

{mosmap width='200'|height='200'|lat='36.799794'|lon='10.168782'|zoom='14'|mapType='Plan'|text=''|tooltip='DWO'|marker='1'|align='center'}

Voir plus

Palais et Grandes Demeures
Mosquées et Zaouias
Souks et Artisans
Découvertes